skip to Main Content
Vol Humanitaire à Indagen, Provence De Morobe En Papoua-Nouvelle-Asie
Vol Humanitaire à Indagen, Provence De Morobe En Papoua-Nouvelle-Asie
Vol Humanitaire

Une communauté facile à manquer

Indagen est une communauté cachée, facile à manquer, composée de six hameaux nichés dans les sommets de la chaîne Saruwaged. Par consequence, elle est accessible seulement par avion où à pied. Un vol humanitaire pour soigner – c’est exactement ce qu’une équipe médicale a fait, transporter par MAF.

La curiosité !

Dès que le pilote a ouvert la porte de la cabine, une fraîche brise de montagne nous a accueilis avec l’odeur des arbustes frais. La piste d’atterrissage est déjà envahie par la curiosité des villageois ! En quelques minutes nous avons expliqué notre objectif. La vue de visages souriants et d’enfants excités courant devant nous nous disent que nous sommes les bienvenus. Les villageois portent avec enthousiasme nos sacs et notre équipement et nous conduisent au centre de santé.

Dernière patrouille il y a 20 ans

Un collègue senior de l’équipe de l’hôpital Braun Memorial nous a dit que la dernière patrouille remonte à 20 ans. Depuis, les services de santé sont effectivement inexistants pour ces gens. Nous arrivons au centre de santé et sommes impressionnés par l’état remarquable dans lequel il se trouve. Le bâtiment est bien entretenu et propre. Un joli jardin fleuri avec des arbustes chargés de baies vous accueille à l’entrée. L’inspection de l’intérieur révèle des étagères vides. Il n’y a pas de médicaments, de bandages, de perfusions, de lignes de perfusion et de consommables de base. Les agents de santé locaux vous disent tristement « Planti marasin nogat. Planti manmeri sawe sik na dai tasol lo haus ». La nouvelle de notre arrivée a été rapidement transmise par des messagers à tous les villages voisins pour leur annoncer qu’une patrouille sanitaire était enfin là.

Vol humanitaire pour soigner – 400 personnes avec de la patience remarquable

Pendant ces trois jours de consultations, sensibilisation à la santé et petites interventions chirurgicales, environ 400 personnes ont été soignées. Chaque personne était heureuse de faire la queue toute la journée juste pour avoir une chance d’être vue. C’était déchirant de s’occuper de personnes qui avaient marché pendant 4 à 5 heures sur 3 chaînes de montagnes juste pour recevoir un conseil médical de base et 6 comprimés de Panadol à emporter chez eux. La patience de ces personnes est devenue évidente. Rester assis pendant 2 heures à POMGEN (hôpital à Port Moresby) et ne recevoir que du Panadol aurait provoqué une crise de colère. Mais pour ces personnes, après 20 ans d’attente et 5 heures de marche, cela signifiait recevoir un service. Je n’avais jamais imaginé à quel point les gens pouvaient être marginalisés au point d’accepter moins que le minimum avec un cœur reconnaissant.

Donner…et reçevoir plus en retour !

Notre mission était de donner mais nous avons reçu plus en retour.  Nous avons reçu une leçon d’humanité de la part de personnes oubliées qui appréciaient le peu qu’elles avaient et ne se sont jamais comportées en victimes de la dureté de leur situation. Chaque jour, nous avons vu d’abondants produits frais du jardin et de magnifiques bouquets sur nos tables. Ils nous les ont apportés avec des sourires chaleureux et une hospitalité exceptionnelle. Nous avons eu la chance de rencontrer cette communauté dynamique de personnes qui ont su préserver le « pasin PNG » et qui prospèrent dans la région isolée de Morobe.

Le départ

À notre départ, notre entourage comprenait presque tout le village jusqu’à côté de la piste d’atterrissage. La même curiosité régnait dans l’air pendant que notre avion roulait sur la piste. Qu’est- ce que leur prochain visiteur allait leur apporter. Le cœur lourd, nous les avons laissés attendre patiemment la prochaine fois qu’une petite lueur de service arrivera chez eux.

 Pilote : Mandy Glass – Récit: Samuel Mori

Back To Top