skip to Main Content
Une même conviction
sur 3 continents

Dès la fin de la seconde guerre mondiale, de jeunes pilotes, inspirés par la foi chrétienne, eurent la conviction que l’heure était venue d’utiliser l’avion pour répandre la paix de Dieu plutôt que la mort et la guerre entre les hommes. Ils décident de mettre leurs compétences aéronautiques au service des hommes et des femmes qui vivent dans les endroits les plus reculés et les plus inaccessibles sur terre. Désormais ils voleront pour leur venir en aide et leur manifester l’amour de Dieu.

Cette conviction est partagée, au même moment par de jeunes aviateurs sur trois continents : La Grande Bretagne, les USA et l’Australie. Les premières pages de l’histoire de la MAF seront écrites à l’encre de leur courage et de leur foi inébranlable pour venir en aide aux autres.

Les trois groupes vont commencer à voler, mais rapidement la perte d’avions et les revers les amèneront à coopérer, à partager leur expérience au sein d’une nouvelle organisation : la Mission Aviation Fellowship (MAF).

En Grande Bretagne

Murray Kendon, originaire de Nouvelle-Zélande, était pilote dans la Royal Air Force pendant la seconde guerre mondiale. En 1944, il prit l’initiative : de concert avec Stuart King, Jack Hemmings et Tom Banham, ils commencèrent les premiers vols de la MAF.

Stuart King était l’un de ces jeunes pilotes de guerre qui donnèrent vie à la MAF. En 1947, la jeune organisation acheta un « Miles Gemini » et entreprit en janvier 1948 une expédition de neuf mois en Afrique. L’entreprise se termina dramatiquement avec le crash de l’appareil, heureusement sans conséquences pour les pilotes. Ce n’était pas la fin de l’histoire, et les fondateurs de la MAF n’abandonnèrent pas pour autant et achetèrent dès l’année suivante un « De Havilland Rapide ». En 1951, ils commencèrent des vols réguliers au Soudan.

Historique MAF

Aux Etats Unis

En 1943, trois pilotes américains commencèrent à prier et à se rencontrer pour discuter d’expéditions aéronautiques dans un but missionnaire. Ainsi fut créée la « Christian Airmen’s Missionary Fellowship » (CMAF). Elle sera par la suite rebaptisée « Mission Aviation Fellowship » (MAF).

C’est Elisabeth Greene dite « Betty » Greene qui pilota le premier appareil, un « Waco » rouge biplan acheté en 1946. Cette vétérante de la seconde guerre mondiale, une des premières femmes de l’US Air Force à piloter un avion de combat, effectuera le premier vol officiel pour la MAF, entre Los Angeles et Mexico.

Nate Saint et Jim Truxton partirent en 1948 pour l’Équateur et commencèrent à effectuer des vols réguliers dans le pays.

Nate Saint (1923 – 1956) fut l’un des premiers pilotes américains. Son histoire est connue dans le monde entier. Il fut brutalement tué en Équateur en janvier 1956, avec quatre autres missionnaires, alors qu’ils cherchaient à entrer en contact avec les Huaorani.

 

Histoire MAF Hartwig

En Australie

Edwin Hartwig dit « Harry » fut l’un des fondateurs de la MAF Australie en 1947. En 1949, la jeune organisation acheta un « De Havilland Tiger Moth » et entreprit des expéditions dans le nord de l’Australie ainsi qu’en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

En avril 1951, Hartwig commença à voler en Papouasie-Nouvelle-Guinée sur un « Auster ». Mais à peine quatre mois plus tard, le 6 août 1951, il s’écrasa avec son appareil et mourut. Après des années de prière et de préparation, le projet avait été si rapidement réduit à néant. Comment réagir après un tel échec ?

Il fut décidé de ne pas baisser les bras, de persévérer. C’est ainsi qu’un an plus tard, les opérations aériennes reprenaient. Depuis, la MAF a continué d’écrire son histoire dans ce pays. Elle s’occupe en Papouasie-Nouvelle-Guinée des besoins matériels et spirituels de la population locale.

 

Histoire MAF

1945 : Ouverture d’un bureau de la MAF à Londres

Murray Kendon propose le concept de la MAF en Grande Bretagne : Utiliser l’avion pour sauver, aider et manifester l’amour de Dieu aux hommes et aux femmes vivant dans des régions isolées ou difficiles d’accès. Un bureau de la MAF est ouvert à Londres. Au même moment, aux Etats Unis, d’autre aviateurs expérimentés reçoivent la même conviction. Et c’est ainsi qu’est créé la Christian Airmen’s Missionary Fellowship (CAMF). Betty Greene a rejoint la CAMF en tant que secrétaire-trésorière.

Murray est rejoint par ses collègues aviateurs : Trevor Strong et plus tard Stuart King et Jack Hemmings. Des années plus tard, ce sera Stuart qui travaillera sans relâche pour soutenir et développer le ministère de la MAF au Royaume-Uni et en Afrique.

Histoire MAF

1946 : Premier vol en Amérique

De l’autre côté de l’Atlantique, Le 14 février, le premier avion de la CAMF/MAF est acheté : un biplan Waco rouge de 1933 avec un nouveau moteur Continental de 220 chevaux.

La pilote américaine Betty Greene effectue le vol inaugural de la MAF. Elle emmène de Los Angeles à Mexico, deux traducteurs de la Bible de l’organisation Wycliffe.

Le 19 décembre, Betty Greene devient la première femme à voler au-dessus des Andes. C’est aux commandes d’un Gruman Duck appartenant à Wycliffe Bible Translators qu’elle réalise ce vol. La MAF opère au Pérou pendant un an.

Au Royaume-Uni, les premiers pionniers Murray Kendon et Jack Hemmings travaillent d’arrache-pied pour trouver un soutien financier pour leur mission qui vient de voir le jour. Parallèlement à cela ils cherchent à connaître les besoins des missionnaires sur le terrain pour organiser leur action et identifier le type d’avion le plus approprié.

Murray Kendon s’envole pour l’Amérique afin de prendre contact avec la Christian Airmen’s Missionary Fellowship (CAMF). Grâce à cette rencontre, l’organisation américaine a trouvé sa vision et a décidé de travailler aux côtés de la MAF au Royaume-Uni. Ils ont pris le nom commun de Missionary Aviation Fellowship (MAF), nom qui a ensuite été changé en Mission Aviation Fellowship.

Histoire MAF

1947 : Un avion pour l'Afrique

Le premier avion à destination de l’Afrique, le Miles Gemini, est réceptionné et fait une tournée au Royaume-Uni pour encourager les personnes qui soutiennent l’action de la MAF et pour trouver de nouveaux donateurs. Le 13 janvier 1948, l’avion, piloté par Jack Hemmings avec comme navigateur Stuart King, s’envole de Croydon pour l’Afrique.

MAF USA ouvre une base dans l’état de Chiapas au Mexique. Parallèlement elle étudie les possibilités et les besoins en Equateur.

En Australie, Edwin Hartwig, dit « Harry » fonde la Missionary Aviation Fellowship (AMAF).

Trevor Strong met en place un comité pour la MAF en Nouvelle-Zélande.

Histoire MAF

1948 : Vols de reconnaissance et rêves brisées

Les premiers vols en Afrique centrale ont pour but de recueillir des informations précieuses sur les besoins des missionnaires qui servent en Afrique de l’Est et en Afrique centrale. Malheureusement, l’avion s’écrase dans les montagnes du Burundi. Stuart King et Jack Hemmings s’en sortent avec de légères blessures.

La MAF Australie commence à étudier les possibilités dans les territoires du nord et dans le Queensland australien.

 

Histoire MAF

A l’autre bout du monde, Nate Saint et Jim Truxton pilotent un avion Stinson des Etats-Unis vers Shell en Equateur pour y commencer le travail de la MAF.

Histoire MAF

1949 : Un avion de remplacement

Un second avion a pu être acheté pour remplacer le Miles Gemini. Il s’agit d’un De Havilland Rapide. C’est un biplan bimoteur, construit en bois et en tissu. L’avion est acheminé jusqu’à la première base opérationnelle de la MAF au Soudan.

Histoire MAF

A l’autre bout du monde, l’aviateur pionnier de la MAF Australienne, Edwin  » Harry  » Hartwig et l’ingénieur Alex Freind partent en mission pour chercher une base permanente pour la MAF en Australie, avant de se rendre en Papouasie Nouvelle Guinée pour y démarrer le travail de la MAF.

Histoire MAF

1950 : Les vols se multiplient

Les opérations aériennes régulières commencent au Soudan. Les premiers pionniers, dont Stuart King, Jack Hemmings, travaillent dur pour apprendre le morse, localiser et préparer les pistes d’atterrissage et obtenir les autorisations nécessaires. Stuart écrit que « les marécages isolaient tellement les stations missionnaires, qu’il était difficile de localiser des sites pour y aménager des pistes d’atterrissage sûres ». Mais ils persévèrent, et en quelques années seulement, la MAF a envoyé deux avions sur plus de 20 pistes d’atterrissage au Soudan.

Histoire MAF

Parallèlement aux activités aériennes, les pionniers de la MAF installent des moyens de communication radio. C’est le seul moyen de communiquer avec leurs pilotes dans la brousse. Mais pour d’innombrables missionnaires, les radios à ondes courtes installées et entretenues par la MAF sont le seul moyen de communiquer avec le monde extérieur.

Histoire MAF

1951 : Tragédie en Papouasie Nouvelle Guinée

Le premier avion de la MAF en Papouasie Nouvelle Guinée est un Auster Autocar (4 sièges, 130 km/h). Il effectue plus de 300 heures de vol au cours du premier mois. Cela démontre combien l’action de la MAF est indispensable dans ce pays. Hélas, trois mois plus tard, l’Auster s’écrase à cause du mauvais temps, tuant le pilote Harry Hartwig. Non seulement l’organisation avait perdu son seul pilote mais aussi son seul avion et il n’y avait ni fonds ni personnel pour les remplacer. Les années de préparation sont réduites à néant, quatre mois seulement après le début des opérations en Papouasie Nouvelle Guinée.

Histoire MAF

1952 : Reprise des vols

Avec l’aide de la MAF USA, un nouvel avion avec un pilote américain, Bob Hutchins, a recommencé à voler depuis Madang en Papouasie Nouvelle Guinée. En fait, les services d’aviation de la MAF en Nouvelle-Guinée et en Nouvelle-Guinée néerlandaise se sont régulièrement développés dans les années qui ont suivi. Aujourd’hui, c’est l’une des bases les plus actives de la MAF.

En Papouasie voisine (alors Nouvelle-Guinée néerlandaise), des demandes affluent de partenaires pour y faire voler des avions de la MAF et ainsi apporter une aide appréciable à ceux et celles qui servent dans ce pays. Les organisations UFM et TEAM invitent MAF-US à répondre à leurs besoins de vols tandis que C&MA achemine son propre Sealand Amphibian construit en Irlande. Malheureusement, le Sealand s’écrase et C&MA demande finalement à MAF-US de répondre à tous ses besoins de vol en Nouvelle-Guinée néerlandaise.

Histoire MAF

1954 : Un Piper Pacer en Papouasie

Un Piper Pacer équipé pour atterrir sur l’eau ou sur terre permet de démarrer le travail de la MAF en Papouasie. La MAF entame officiellement son action en Indonésie.

Histoire MAF

1955 : Les indiens Waorani en Equateur

En Octobre, Nate Saint commence une série de 13 « bucket-drops » (lancer de paquets) hebdomadaires aux indiens Waorani en utilisant un seau et la technique de la ligne en spirale. Il dépose des « cadeaux » à ces indiens isolés dans la forêt équatorienne qui n’avaient aucun contact avec le monde extérieur.

En Décembre, Nate Saint et Ed McCully trouvent une plage sur le fleuve Curaray. Elle permet d’y poser l’avion. Ils l’appellent « Palm Beach« . C’est là que les premiers contacts ont lieu avec les indiens Waorani.

Histoire MAF

1956 : Les martyrs

Le 8 janvier 1956, après avoir pris contact avec le peuple Waorani, Nate Saint et quatre autres missionnaires sont tués par les indiens à « Palm Beach« , sur le fleuve Curaray en Équateur. Roger Youderian (GMU), Peter Fleming, Ed McCully et Jim Elliot (Plymouth Brethren) ont été tués en même temps que Nate. L’incident fait la une des journaux, le magazine Paris Match consacre un long article relatant cette histoire. Leur mort va alimenter un mouvement missionnaire qui se fera encore sentir vers la fin du siècle. Betty Elliot (la femme de Jim) et Rachel Saint (la sœur de Nate) commencent plus tard une œuvre parmi les Waorani qui conduit beaucoup de gens au Christ.

Quelques années plus tard, sept des neuf tueurs et aussi beaucoup d’autres personnes de leur tribu finissent par se convertir au Christ. Des dizaines de milliers de personnes à travers le monde entendent l’histoire de Nate et de ses compagnons, et se portent volontaires pour prendre leur place.

Histoire MAF

1957 : La radio en Papouasie Nouvelle Guinée

Ce sont les débuts de Christian Radio Missionary Fellowship (CRMF) qui sera plus tard intégrée à la MAF. Elle met en place un réseau de communication radio à travers la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La radio devient une bouée de sauvetage au même titre que les avions qui y opèrent.

Histoire MAF

1958 : Prospection en Ethyopie

Une équipe de la MAF part étudier les possibilités de mettre en place un service aérien dans le sud et le sud-ouest de l’Éthiopie. Les déplacements se font en jeep. L’environnement contraste avec le Sud-Soudan, c’est plat et marécageux. « En une expédition de deux jours », écrit Stuart King, « nous avons traversé trente ravins profonds sur des ponts incroyablement hauts et fragiles, faits de troncs d’arbres reliés entre eux de façon précaire par des cordes ».

La MAF ouvre une base à Oaxaca au Mexique et à Boa Vista au Brésil.

Histoire MAF

1959 : Une base régionale au Kenya

La base de la MAF au Kenya commence dans un hangar à l’aéroport Wilson de Nairobi. C’est un endroit stratégique pour la maintenance des avions et un point d’accès au nord du Kenya, à la Tanzanie au sud, et au Congo à l’ouest. La base s’agrandit au fur et à mesure que les besoins et les ressources augmentent. Aujourd’hui, le programme a recentré son action pour répondre aux besoins exclusifs du Kenya, y compris dans la zone sèche et aride au nord, autour de Marsabit.

La MAF est honorée par le gouverneur de la Nouvelle-Guinée néerlandaise (aujourd’hui Papouasie, Indonésie). L’ordre « d’Orange-Nassau » de la reine Juliana des Pays-Bas est décerné à Dave Steiger en reconnaissance de ses efforts pour mener le travail de pionnier et de développement de la MAF dans la colonie néerlandaise.

Histoire MAF

1960 : Une Mission en expansion

Une base de la MAF démarre en Éthiopie, où elle dessert des stations de mission isolées, achemine des médecins et des fournitures médicales vitales. Elle effectue des évacuations d’urgence. Dans le monde entier, l’action de la MAF est en pleine expansion. Elle fonctionne maintenant à partir de quatre bases. Le premier Cessna 185 (6 sièges/130 mph) est introduit en Afrique. De plus en plus, les Cessna deviennent les avions références pour la MAF car leur puissance et leur endurance les rendent parfaits pour les conditions de vol et les atterrissages difficiles.

Histoire MAF

1961 : Un soutien pour les Missions médicales en RDC

La MAF met en place une base au Zaïre (actuellement République démocratique du Congo), pays nouvellement indépendant. L’ancien chirurgien général américain C. Everett Koop a participé à l’opération Doctor et a volé avec la MAF au début des années 60. Il se rappelle comment la MAF a largué des fournitures médicales vitales : « Ils ont décollé de l’aéroport de Kinshasa… on disait qu’il n’y avait plus d’aspirine d’un océan à l’autre, depuis que les missionnaires étaient rentrés chez eux. Le pilote de la MAF a embarqué ces médicaments et les a largués, il n’y a eu aucun problème ». Aujourd’hui, la MAF effectue des vols vitaux pour respecter la « chaîne du froid » en transportant des vaccins dans des régions éloignées. Cela a permis notamment la vaccination de 39.000 à 40.000 enfants dans la région de Bandundu.

Histoire MAF

La MAF-US présente la radio transistorisée Missavia, conçue par le volontaire Earl « Pete » Peterman pour répondre aux besoins de la MAF en matière de communication sur le terrain. Elle permet une transmission de faible puissance sur de longues distances. Plus de 1 000 exemplaires seront utilisées au milieu des années 60.

En Nouvelle Zélande, la MAF Australie dans le hangar et les baraquements laissés vacants par la RAAF en créant Services MAF-AIR. Pendant les 40 années qui vont suivre, MAF-AIR, filiale de MAF Australie, va répondre aux besoins de maintenance des avions de brousse. Des entraînements au vol ont également été effectués pour préparer les pilotes aux opérations en Nouvelle-Guinée.

1963 : Le Suriname

La MAF installe une base au Suriname (Guinée Néerlandaise).

Histoire MAF

1964 : Evacuation et sauvetage

Au Soudan, Les missions sont expulsées et la base de la MAF est contrainte d’être fermée, après 14 ans de service.

La MAF mène des opérations d’évacuation et des vols sanitaires au Zaïre suite à la rébellion du Congo où de nombreux missionnaires ont été tués ou déplacés.

La MAF ouvre une base en Rhodésie (Zimbabwe actuel). Elle sera fermée en 2005 à cause de l’insécurité.

Une base est ouverte également à Puerto Ayacucho, au Venezuela. Elle sera opérationnelle jusqu’en 2006.

La gestion de la base de MAF-US au Brésil est confiée à un groupe national nouvellement formé, Asas de Socorro (en portugais pour « les ailes de secours« ).

Histoire MAF

1965 : Une nouvelle prospection

La vaste nation du Tchad fait l’objet d’une étude de la part de la MAF. Parallèlement, une église Tchadienne (de Moissala) apporte une contribution financière pour l’achat d’un avion pour le Tchad.

En Ethiopie, la MAF soutient les missionnaires qui travaillent avec le peuple de Mesengo en effectuant des largages de fournitures vitales.

Les deux premiers avions Cessna 206 intègrent la flotte de la MAF au Kenya.

Le MAF démarre des opérations aériennes au Laos. Elles cesseront en 1975 et auront duré pendant toute la guerre du Vietnam.

La MAF commence à faire voler un avion Aero Commander en Irian occidental (aujourd’hui Papouasie, Indonésie). Il s’agit du premier bimoteur de la flotte de la MAF

La reine Juliana des Pays-Bas consacre personnellement le C-185 de MAF-US « Flying Dutchman », partiellement financé par le gouvernement néerlandais en raison du travail de pionnier de la MAF dans les colonies néerlandaises.

Histoire MAF

1966 : Une base au Tchad

La nouvelle base au Tchad commence son activité en utilisant un Cessna 185 amphibie.  Il est surtout utilisé pour aider le Dr David Carling, chirurgien de la Mission unie du Soudan. Ce médecin travaille principalement sur les rives du lac Tchad, un environnement tout à fait adapté à cet avion. Un deuxième avion est acheté et mis en service en 1968.

1969 : Le Sud Est et l’Afrique du sud

La MAF ouvre une base au Kalimantan en Indonésie.

MAF Afrique du Sud est créée.

1971 : Extension en Amérique du sud

La MAF démarre une base en Colombie. Les activités cesseront en juillet 1987 lorsque les infrastructures routières du pays seront suffisantes.

L’année suivante, des opérations aériennes sont lancées au Nicaragua. Elles dureront jusqu’en 1996.

1973 : Atteindre la terre d’Arnhem

La base de la MAF en Terre d’Arnhem (nord de l’Australie) est installée sur l’île d’Elcho en novembre après la visite de Vic Ambrose et Max Meyers. Aujourd’hui, cette région reculée du territoire du nord de l’Australie abrite 16 000 indigènes Yolngu et elle est desservie par une flotte de 13 avions.

Histoire De La MAF

1974 : Tout ce que l’on peut, où on peut, pendant qu’on le peut

Six avions de la MAF sont maintenant en service en Éthiopie, dont un Cessna 206 qui transporte principalement des passagers et des missionnaires éthiopiens. Après l’éviction de l’empereur Hailé Selassie le nouveau régime mis en place est hostile à l’église. Moins de trois ans plus tard, la flotte de cinq avions doit quitter Addis-Abeba, concluant 17 années d’opérations sur plus de 200 pistes d’atterrissage et près de 4 millions de miles de vols.

Histoire De La MAF

1974 : L’église persécutée

La persécution de l’église au Tchad commence. Malgré cela la MAF continue d’assurer des vols en encourageant les chrétiens dans les avant-postes éloignés. Tragiquement, les hommes de l’église de Moissala sont tous abattus. Une sécheresse subsaharienne fait que le lac Tchad se rétrécit à un tiers de sa taille originelle en un an.

En Australie, une base annexe est ouverte à Gove, en Terre d’Arnhem.

La MAF intervient au Honduras lors du passage de l’ouragan Fifi.

1975 : Le Cameroun

La MAF-US ouvre une base dans l’ouest du Cameroun.  Elle cessera ses activités en août 1985, alors que d’autres moyens de transport deviennent de plus en plus disponibles.

Histoire De La MAF

1976 : L’aéroglisseur et l'hélicoptère

L’aéroglisseur initialement prévu pour le lac Tchad a été conçu par Tim Longley, (le premier mécanicien de la MAF au Tchad). Mais le lac s’est en grande partie asséché au moment où il était prêt à être utilisé. L’engin sera finalement utilisé, plus tard, lors d’une expédition en Chine, par un escadron de l’armée de l’air, et au Nicaragua. L’organisation Hoveraid a été créé grâce au travail de Tim Longley. Elle opère maintenant aux côtés de la MAF à Madagascar. Elle utilise l’aéroglisseur pour se déplacer sur les vastes étendues d’eau.

Le premier hélicoptère de MAF-US effectue son vol inaugural en Papouasie, en Indonésie. La MAF a utilisé des hélicoptères en Papouasie jusqu’en 1999.

Lors des tremblements de terre en Indonésie et au Guatemala, les équipes de la MAF viennent porter secours.

La MAF effectue des vols de secours et des évacuations médicales à la suite d’un grave tremblement de terre en Papouasie, en Indonésie, le 26 juin.  Quinze villages sont détruits, un tiers de la population est porté disparu et 80 % des récoltes sont détruites.  Pendant les six mois suivants, le MAF acheminera cinq tonnes de nourriture par jour vers la zone sinistrée

MAF Finlande et créée.

Histoire De La MAF

1977 : Tout ce que l’on peut, où on peut, pendant qu’on le peut

Une base de la MAF démarre en Tanzanie, à Dodoma.

Au même moment les restrictions imposées par le gouvernement Ethiopien obligent la MAF à cesser ses activités après 17 ans.

Pendant ce temps le répit dans la guerre civile au Soudan permet à la MAF de revenir dans le pays.

1978 : Découverte du Lesotho

La MAF effectue des vols pour apporter de l’aide alimentaire d’urgence dans les hautes terres du Lesotho. Cela a conduit à la création d’une base dans ce pays et à un partenariat avec le Lesotho Flying Doctor Service.

Création de MAF Pays Bas.

Histoire De La MAF

1979 : Départ du Tchad

La guerre civile contraint la MAF à fermer sa base et à quitter le pays, après 13 années de service.

A SUIVRE ...
Back To Top