skip to Main Content

Au début de l’année, la MAF en PNG a transporté Elisabeth Hein. C’est une écologiste allemande, qui était accompagnée par James Wareing, avocat britannique. Le vol est parti de Wewak pour Lumi, avec un atterrissage à Sibilanga en cours de route. Elisabeth et James recherchaient un projet de préservation des espèces dans une région isolée. Ils se sont donc joints au travail de la Tenkile Conservation Alliance (TCA) à Lumi.

Un changement de cadre de vie

James est un avocat londonien. La population de la capitale britannique est de plus de 9 millions d’habitants. C’est plus que la population de la Papouasie-Nouvelle-Guinée lors du recensement de 2011. Quant à Elisabeth, elle est originaire de Brême, une ville du nord de l’Allemagne qui compte 570 000 habitants. À titre de comparaison, Port Moresby, capitale de la PNG comptait environ 360 000 habitants lors du recensement de 2011.

James, qui travaille bénévolement en tant que directeur financier de TCA, explique la motivation du projet de conservation à Lumi. « D’une part, il s’agissait d’un changement d’objectif. La cause environnementale est quelque chose qui nous passionne tous les deux. Par conséquent, il est très frustrant de vivre dans une grande ville dominée par des intérêts commerciaux. On ne peut donc pas se sentir lié au travail que l’on fait. Nous sommes donc motivés par ce travail de préservation des animaux, et le changement de mode de vie. Nous voulons passer du béton aux arbres et à la faune ».

préservation

Trouver un projet de préservation

James et Elizabeth recherchaient un projet dans une région isolée. Ils ont été heureux de rencontrer la TCA. Elizabeth raconte qu’ils ont découvert le projet grâce à une recherche en ligne. « C’est par hasard que nous avons trouvé l’excellent travail de Jim et Jean Thomas. Ce sont des gardiens de zoo renommés. Ils ont fait un excellent travail au cours des 20 dernières années. Cela nous a donc semblé vraiment passionnant ».

La préservation des espèces animales en PNG

Elizabeth nous en dit plus sur la mission de TCA et sur les progrès réalisés au fil des ans. « À l’origine, TCA voit le jour pour protéger deux espèces de kangourous arboricoles gravement menacées. Leur nombre n’était que d’une centaine à l’état sauvage ». « Grâce à un moratoire sur la chasse et à l’engagement de la communauté, ces effectifs sont heureusement d’environ 300 pour les deux espèces. Aujourd’hui, la TCA a évolué pour atteindre un objectif plus global. En effet, il consiste à faire profiter les populations locales des avantages de la préservation. Ceci se fait en les récompensant d’avoir mis leurs terres en jachère. En contrepartie ils profitent d’avantages tels que l’énergie solaire, l’eau potable et des programmes d’éducation. En effet cela permet de montrer l’intérêt de mettre à disposition leurs terres pour la préservation des animaux. C’est parfois plus facile de céder potentiellement leurs terres à l’exploitation forestière ».

préservation

La MAF en appui pour atteindre les régions isolées

Pour James et Elisabeth, les vols de la MAF ouvrent de nouvelles perspectives.

« C’était très impressionnant de voir le monde d’en haut », a déclaré James. « Et il est bon de savoir que nous sommes en sécurité et que nous avons une voyage facile ».

« Nous sommes très reconnaissants d’avoir ce lien », ajoute Elisabeth. « Grâce à la MAF, nous avons le matériel dont nous avons besoin ». Elisabeth nous explique l’impact des avions de la MAF dans des régions reculées comme Lumi. « D’après ce que nous entendons, les habitants semblent très fiers lorsqu’un avion atterrit. En effet, tout le village est debout et tout le monde regarde. C’est un événement énorme à chaque fois. Beaucoup nous disent que le fait d’avoir la MAF est un grand trésor. Il permet de rejoindre un hôpital en cas d’urgence. Autrement, ce ne serait pas possible, car le transport par route n’est tout simplement pas sûr et prend beaucoup trop de temps en cas d’urgence ».

Back To Top