skip to Main Content

Les missionnaires de la MAF Harriette et Wilfred Knigge sont en poste à Wewak. C’est la capitale de la province de Sepik-Est en Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) où la MAF est présente depuis 1951. C’est une région où l’éducation est un privilège et non un droit. Wilfred est pilote et Harriette est chargée de s’occuper de la famille (leurs deux garçons, Micha et Reuben). Mais elle dirige aussi des projets à Wewak. Vivre dans une région rurale et isolée comporte des défis et des joies dont les Kniggesque les Knigge vivent dans leur quotidien. Par exemple, Micha et Reuben sont scolarisés à domicile en raison de la mauvaise qualité des écoles de la province. Bien que l’enseignement soit gratuit depuis 2012 mais il n’est pas obligatoire. En conséquence, l’alphabétisation n’est que de 64,2%, le plus bas d’Océanie (voir https://rightstracker.org/en/country/PNG).

Les Knigges - une Famille MAF !
Les Knigges - une famille MAF !
Projet d'alphabétisation pour les femmes en prison à Wewak
Projet d'alphabétisation
Pilote de la Mission Aviation Fellowship Wilfred Knigge
Pilote Wilfred Knigge - quelques vérifications !

L’éducation – privilège ou droit ? Un besoin énorme en matière d’éducation décente

Il y a un besoin énorme d’accès à une éducation décente en PNG. Posez vous la question : L’éducation – privilège ou droit? Le fait qu’il faille marcher plusieurs kilomètres pour aller à l’école n’est pas très encourageant. De plus, cela ne sert pas à grand-chose si la qualité est médiocre. Malheureusement, beaucoup n’ont pas le luxe de pouvoir choisir, alors soit ils prennent ce qui est disponible s’ils sont motivés pour éduquer leurs enfants, soit ils ne s’engagent pas du tout dans l’alphabétisation.

Un projet de réhabilitation des femmes en prison

Pour pallier le faible taux d’alphabétisation, Harriet s’engage dans un projet de réhabilitation des femmes en prison. Elle partage sa connaissance de l’amour de Dieu, elle donne de son temps et de son énergie à ces femmes confinées en prison. Certaines sont très probablement oubliées par leurs amis et leur famille. Harriette constate qu’elles réagissent positivement à l’acquisition de nouvelles compétences (éducatives et pratiques) telles que “lire et écrire, apprendre à faire de la confiture, apprendre à tricoter ou à faire des bilums” (le tissu de PNG souvent utilisé pour les sacs fourre-tout). Harriette pense que ces compétences seront utiles pour renforcer la confiance des femmes aujourd’hui et surtout dans les temps à venir. Lorsque les femmes retrouvent la liberté et pourront mieux s’intégrer dans la société.

Des choix radicalement limités

Vivre dans un endroit éloigné comme Wewak peut donner l’impression de vivre en prison. Les choix sont radicalement limités, qu’il s’agisse de nourriture, de soins de santé ou d’autres services courants facilement disponibles ailleurs. À certains égards, d’autres personnes sont-elles également en prison à Wewak ? Heureusement, en servant les autres, les missionnaires construisent ici une communauté qui les aide à s’adapter à la vie dans des régions isolées. Harriette reconnaît qu’il est gratifiant de voir “le sourire sur le visage quand j’arrive dans une prison où elles savent que je viens chaque semaine. Oui, c’est tellement gratifiant. Ils me donnent tellement, tellement d’amour. Et oui, je leur dis aussi que ma famille et mes amis me manquent!”.

Faire plus ?

En volant avec la MAF, les Knigges et les autres missionnaires font une différence en PNG. En fait, il serait possible d’en faire beaucoup plus si l’on dispose de plus de ressources – des personnes à servir, des fonds pour soutenir les projets et les prières pour que Dieu continue à nous aider à atteindre et à montrer son amour aux personnes vivant dans des endroits isolés.

Back To Top