skip to Main Content
Betty Greene

Betty Greene : Première pilote de la MAF

En 1946, Betty réalise le premier vol de la MAF en reliant Los Angeles à Mexico !

Découvrez l’histoire de cette jeune femme de foi, habitée par une passion pour l’aviation, une pionnière de la MAF ….

« Alors que je poussais la manette des gaz vers l’avant, la poussière s’est accumulée dans un nuage derrière nous. Je suis montée vers l’ouest et j’ai fait demi-tour au-dessus du groupe d’amis qui nous saluaient en plongeant l’aile en signe de salut ». C’est ainsi que Betty Greene raconte son premier vol avec la MAF.

Elizabeth Everts, alias  » Betty Greene  » vient au monde à Seattle en 1920. Betty et son frère jumeau, Bill, sont les plus jeunes des quatre enfants de Gertrude et Albert Greene. Ses parents sont des chrétiens d’une église presbytérienne. Ils vont nourrir cette foi chez leurs enfants.

Betty Greene et sa passion pour l’aviation

Betty Greene montre très tôt une passion pour l’aviation. Et comme beaucoup de jeunes de l’époque, elle est fascinée par les aventures de Charles Lindbergh, de l’amiral Byrd et d’Amelia Earhart. A 16 ans, l’adolescente prend des leçons de pilotage. Mais comme elle n’a pas assez d’argent pour passer son brevet de pilote, Betty s’inscrit à une formation gratuite de pilote de l’armée de l’air. Dans sa classe, à l’université de Washington, il y 37 hommes et seulement 2 femmes.

Betty Green

Betty Greene commence sa carrière professionnelle dans l’aviation en servant dans les Women Airforce Service Pilots (WASP). Ce sont les femmes pilotes de l’armée de l’air américaine. Elle pilote plusieurs types d’avions militaires pendant la guerre. Elle participe également à des vols d’essais à haute altitude.

Betty garde une soif de voyage et d’aventure. Et lorsque, après la seconde guerre mondiale, un ami lui suggère d’utiliser ses compétences de pilote pour un travail missionnaire chrétien, Betty saute de joie. C’est ainsi qu’elle participe à la création de la Christian Airmen’s Missionary Fellowship, appelée plus tard Mission Aviation Fellowship (MAF). A ce moment-là, l’association ne dispose que d’un bureau à Los Angeles. Elle n’a ni avion, ni pilote.

Le tout premier vol pour la MAF

Le 23 février 1946, Betty Greene embarque pour le premier vol de la MAF. Elle a alors 25 ans. La jeune femme décolle de Los Angeles, en Californie, pour rallier Mexico. Elle est aux commandes d’un magnifique biplan rouge à quatre places Waco Cabin de 1933. Il est équipé d’un moteur Continental de 220 chevaux. L’avion a été acheté quelques semaines seulement avant le départ, grâce à la générosité de quelques donateurs. Pour ce premier vol, Betty doit emmener deux missionnaires de la SIL/Wycliffe : Ethel Lambotte et Lois Schneider. Ethel travaille au bureau de la Wycliffe en Californie. Quant à Lois, elle rejoint son mari Bob, linguiste, sur le terrain. Les missionnaires de la Wycliffe traduisent la Bible dans de multiples langues indigènes.Betty Green

L’équipe de la MAF avec Betty Greene devant le Waco avant le départ

« Cela faisait un an et trois mois que j’avais participé à la création de la MAF aux Etats Unis », écrit Betty dans son livre Flying High. « Quel plaisir de réaliser ce que nous avions espéré, prié et planifié pendant tous ces mois ».

Le premier vol dure beaucoup plus longtemps que prévu. Le biplan Waco se dirige par étapes vers Mexico en passant par Phoenix, Marfa, Brownsville, Tampico et Vera Cruz. Betty se montre prudente en se posant à Tuxpan au Mexique pour faire inspecter l’avion. En effet elle a constaté un problème de moteur.

Le lendemain, Betty décolle de Tuxpan et rejoint Mexico où elle prend contact avec Cameron Townsend, fondateur de la Wycliffe. Il demande à Betty de l’emmener à leur camp d’entraînement dans la jungle près de Tuxtla Gutierrez.

Une série de premières

Au cours de sa carrière, Betty Greene effectue plus de 4 640 vols. Elle transporte des missionnaires, des personnalités et du fret dans des endroits inaccessibles du pays. Elle effectue également de nombreux vols médicaux pour sauver la vie de patients qui seraient morts sans cela.

Son impact en tant que femme et pilote est évident. « J’ai souvent été la première femme pilote à voler dans une région », a-t-elle expliqué.

Betty Green

Betty Greene, pilote de la MAF, avec le missionnaire Bill Cutts et Leona St. John. Célébration après le premier vol à Hitadipa, où vit le peuple Moni. Betty et Leona ont parcouru 56 kilomètres à travers la jungle jusqu’à Hitadipa. Elles ont inspecté la piste d’atterrissage pour que le pilote George Boggs puisse atterrir.

Betty Greene est la première femme pilote à traverser les Andes péruviennes pour se rendre dans la jungle Amazonienne. Au Soudan, il a fallu une loi votée par le Parlement pour qu’elle soit autorisée à voler. En Papouasie, aucune femme n’avait piloté d’avion dans cette région. Seule Amelia Earhart avait atterri sur la côte de Papouasie-Nouvelle-Guinée en 1937, lors de son tour du monde.

« Ces expériences ont été passionnantes », a dit un jour Betty avec humilité. « Mais en toute honnêteté, je n’avais aucune ambition de réaliser des ‘premières’ en vol. J’avais l’intention de faire un travail utile. Et les succès dans le domaine de l’aviation étaient le fruit de l’accomplissement de mon travail ».

La passion et la foi

Betty Greene est décrite comme une femme « équilibrée et raffinée, à l’esprit alerte et avec une aisance à s’exprimer« . Mais ce qui a le plus impressionné ceux qui l’ont côtoyée, c’est sa foi profonde, son professionnalisme et sa passion pour l’aviation. C’est vrai que sa résilience et sa grâce ont été remarquables lorsqu’elle a dû faire face, à maintes reprises, à des oppositions. Notamment parce qu’elle était une femme pilote dans ce qui était considéré comme un monde d’hommes.

Betty était en avance de plusieurs décennies sur son temps. De plus, elle a été un l’instrument choisi par Dieu pour remplir un rôle stratégique dans le développement de la MAF. Comme l’a écrit un commentateur à propos de son impact, « par ses écrits, ses rêves et son service, elle a offert de nouvelles idées et de nouveaux principes dans le domaine de l’aviation. Et cela dans le but d’aider les missionnaires à faire leur travail dans des régions éloignées ».

Betty GreenBetty Greene en compagnie de Stuart King, autre pionnier de la MAF

Betty Greene va ensuite servir dans 12 pays, dont le Pérou, le Nigeria, le Soudan et la Papouasie (Indonésie). Elle pose aussi son avion dans une vingtaine d’autres pays. Après tout cela elle retourne travailler au bureau de la MAF aux USA, en 1962. Elle est ensuite ambassadrice de la MAF jusqu’à sa mort en 1997.

Aujourd’hui, près de 75 ans après son premier vol, la MAF exploite plus de 130 avions dans plus de 25 pays. La MAF est à la recherche d’une nouvelle génération de femmes pilotes pour suivre les traces de Betty.

Back To Top