skip to Main Content
Morsure De Serpent

Cela avait été une longue et chaude journée pour effectuer des vols dans les basses terres de la province occidentale de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Je venais de décharger un groupe de passagers et du matériel de construction sur la piste d’atterrissage de Mougulu.

En l’absence de passagers à s’occuper, je pouvais envisager de voler assez haut pour profiter de l’air frais en retournant directement chez moi. Je pensais à cela quand la base de Port Moresby m’a contacté par radio pour me demander d’appeler la base de Mount Hagen. Le personnel m’a dit de me dérouter vers le mont Bosavi, à seulement dix minutes, pour aller chercher un homme qui avait subi une morsure de serpent.

J’ai transporté beaucoup de victimes de morsure de serpent au fil des ans, mais c’était de loin le pire que j’ai jamais vu. Nelson coupait l’herbe autour de son jardin avec une machette quand il a été surpris par un serpent au venin mortel, qui l’a mordu à la jambe. Au moment où je suis arrivé, Nelson était à peine conscient. L’infirmier du village avait fait tout ce qu’il pouvait, en appliquant un bandage sur la morsure de serpent et en installant une perfusion, mais il était clair que ce n’était pas suffisant. Il avait besoin d’aller à l’hôpital pour y recevoir l’antidote adapté.

Nelson a pu donner son nom et a été en mesure de murmurer des réponses aux questions posées. Mais après chaque réponse, ses yeux se révulsaient et il a fallu le secouer pour le questionner à nouveau. Je me demandais s’il serait à même de survivre après un vol de 50 minutes jusqu’à Mount Hagen.

Nous avons soigneusement chargé Nelson et l’infirmier dans l’avion et l’un des pasteurs a prié pour Nelson avec les membres de la communauté avant que nous partions. Quand nous l’avons installé dans l’avion, j’ai envoyé un message radio pour indiquer mon heure d’arrivée prévue à Mount Hagen afin qu’ils puissent prendre des dispositions pour envoyer une ambulance à ma rencontre. Après l’atterrissage, j’ai été informé que l’ambulance n’était pas en mesure de nous aider car elle était occupée ailleurs.

Heureusement, deux membres du personnel de la MAF qui s’apprêtaient à aller en ville pour la soirée avec l’un de nos camions, nous ont aidé à transporter Nelson jusqu’à l’hôpital. Quelques jours plus tard, j’ai reçu un appel de la base de la MAF: ” Nelson vient d’arriver, dirent-ils, Il est guéri et prêt à retourner chez lui.”

Back To Top