skip to Main Content
Lutter Contre La Faim
Lutter Contre La Faim

La MAF travaille de manière étroite avec les organisations partenaires pour lutter contre la faim chez les enfants au Timor oriental. Liliana, ou «Lily», a sept ans. Elle vit sur le flanc d’une montagne, au Timor oriental avec sa grand-mère. Son seul jouet est une bouteille d’eau qu’elle utilise pour arroser les légumes dans le jardin. Les légumes sont importants. Quand ils ne poussent pas, elle et sa grand-mère n’ont presque rien à manger, juste un peu de manioc. La mamie s’assure que la quantité de manioc utilisée chaque jour permettra qu’il y en ait assez pour durer. Lily tombe souvent malade parce qu’elle souffre de malnutrition.

En ce moment le Timor oriental est arrivé au premier stade de ce que les habitants appellent la saison de la faim de novembre à février, lorsque les pluies n’ont pas été suffisantes et que les récoltes fanent dans les champs. La malnutrition chronique, aggravée par la saison de la faim met le Timor oriental au septième rang des pays sujets à la famine dans le monde, selon l’enquête menée par l’International Food Policy Research Institute (IFPRI) dans 81 pays en voie de développement. La malnutrition chez les enfants au Timor oriental est classée par l’IFPRI comme «alarmante».

Selon un rapport de l’UNICEF de 2011, 49 pour cent des enfants âgés de moins de cinq ans au Timor oriental souffrent d’insuffisance pondérale et 54 pour cent souffrent d’un retard de croissance, qui est l’indicateur de malnutrition chronique. La MAF travaille avec des organisations partenaires comme World Vision pour lutter contre la malnutrition au Timor oriental, en particulier chez les enfants. Pour atteindre le site où oeuvre la World Vision au Timor-Leste (WVTL) dans la région de Bobonaro, cela prendrait normalement environ cinq heures de Dili en voiture, en utilisant une route défoncée. Un vol de MAF pour le personnel de la WVTL ne prend que 20 minutes, économisant du temps et de l’argent. Dans de nombreux cas la MAF fait preuve de souplesse en volant le week-end ou en changeant les plans de vol pour répondre aux besoins de WVTL. “Sans la MAF, nous aurions été souvent en difficulté”, déclare le directeur général des Services WVTL, Antonio Goncalves.

Pourquoi les enfants au Timor oriental ont-ils faim ?

La plupart des Timorais de l’Est vivent en milieu rural, cultivant de petites parcelles de terres qui ne produisent pas assez de nourriture pour une famille. Et la nourriture n’est pas suffisante pour une alimentation adaptée et équilibrée. Le sol est rocailleux et les faibles précipitations rendent l’agriculture difficile. Entre les récoltes, les stocks alimentaires s’épuisent et les familles mangent moins, souvent même pas deux repas par jour.

Les enfants mal nourris souffrent de retard de croissance, ce qui peut nuire au développement de leur cerveau et à la capacité d’apprendre. “Au Timor oriental, les enfants vont au lit affamés tous les soirs, et c’est ce qui m’attriste”, a déclaré le directeur général de MAF en Australie, Rob Owen.

“Mais je suis encouragé de savoir que nous jouons un rôle essentiel en assurant que les rendements soient améliorés, les niveaux de nutrition des enfants de moins de cinq ans sont améliorés et les mères sont formées dans des domaines tels que l’alimentation du nourrisson et la prévention du paludisme.

“Nous sommes aussi directement impliqués dans la sauvegarde des vies grâce aux vols d’évacuation médicale d’urgence”. En 2010, la MAF a effectué 139 évacuations sanitaires au Timor oriental sur un total de 441 vols.

“Nous avons été appelés à servir au Timor oriental, une toute jeune nation. Ce pays a connu de nombreuses difficultés depuis son indépendance il y a 12 ans. Mais notre présence là-bas depuis 2007 a fait une grande différence. “

David Henry – 23 Décembre 2011

Back To Top