skip to Main Content
Chirurgien De L'EFH
Chirurgien De L'EFH
42701 EFH  Bangladesh

Que savons-nous sur le Bangladesh ? Avez-vous déjà entendu parler de gens qui vivent sur les îles du fleuve ? Des navires flottants avec chirurgien et équipe médicale ? Et pourquoi la MAF utilise là-bas un avion amphibie plutôt qu’un CESSNA « normal » ? Le Bangladesh est un pays très spécial avec des obstacles difficiles à surmonter quand il s’agit d’atteindre les villages isolés dans le besoin. Non seulement c’est l’un des pays les plus peuplés de la planète, mais un tiers du Bangladesh est recouvert d’eau, ce qui rend presque impossible d’atteindre les personnes vulnérables par tout autre moyen que par bateau – ou par avion amphibie ! De nombreux Bangladais ont perdu leurs terres en raison des inondations et ont été contraints de vivre sur les îles de la rivière, qui se sont formées en raison de l’érosion des terres. Une situation très précaire : Les îlots sont sujets aux inondations pendant la saison de la mousson. On estime que près de six à sept millions de personnes vivent sur des îles de la rivière sans avoir accès aux soins médicaux et à l’électricité.

La vision :

Avec l’avion amphibie, la MAF peut soutenir les organisations humanitaires qui aident ces personnes. L’une de ces organisations est Friendship. Elle a mis au point un excellent moyen de surmonter le problème des inondations pour atteindre les gens qui sont complètement dépourvues de soins médicaux de base : Ils utilisent les hôpitaux flottants !

L’organisation a présenté son premier d’hôpital flottant en 2001. Suite à son succès sans précédent, deux autres hôpitaux flottants ont été installés : L’hôpital Emirates Friendship (EFH) en 2008, et l’hôpital Rongdhonu Friendship en 2013. Les trois navires sont convenablement équipés pour fournir des soins médicaux de base et des soins plus élaborés à ses patients et sont entièrement mobiles, ce qui leur permet de se déplacer tous les quelques mois, pour fournir des services de soins médicaux au plus grand nombre de personnes que possible.

La mission :

L’EFH fonctionne le long des îles sur le fleuve Brahmaputra où des millions de personnes vivent dans l’une des régions les plus isolées et géographiquement instables de la planète. Une équipe médicale de 9 personnes, un journaliste et un photographe de « Women for Women international » a rejoint l’EFH le 8 Février 2016 pour effectuer les soins nécessaires et pour changer la vie du maximum de patients qu’ils pouvaient voir dans la semaine.

L’équipe comprenait 3 chirurgiens plasticiens : Le chef d’équipe du Canada, le chirurgien Toni Zhong, le Dr Marie Christine Matthieu Gailloud de la Suisse, le Dr Jennifer Klok, un ami du chirurgien de Toronto, 2 anesthésistes : Les Drs. Inge Haselsteiner et Antje Hube d’Allemagne, un infirmier de l’Hôpital général de Toronto : Sarah Linklater, et un étudiant canadien de 4ème année d’universitaire : Sabnam Mahmuda. Sabnam est né au Bangladesh mais elle a déménagé au Canada à 11 ans avec sa famille. Elle parle couramment l’anglais et le Bangladais, et s’est donc avérée être un traducteur très appréciable. Marina Jimenez, une journaliste du « Toronto Star » et Melissa Renwick, photographe au « Toronto Star » ont rejoint l’équipe lors du voyage.

Les patients :

Les pilotes de l’avion amphibie de la MAF, Rune Karlsson et Mark Blomberg ont transporté l’équipe à l’EFH où ils ont commencé l’examen des patients et évalué à environ 40 le nombre de patients pour des soins importants et 30, le nombre de patients pour des interventions mineures. Les patients étaient principalement des femmes et de jeunes enfants avec des brûlures suite à des accidents domestiques, des incendies. Ensuite, il y avait aussi quelques cas de brûlures suite à des conflits liés à des problèmes de dote et d’autres conflits internes. Un certain nombre d’enfants et d’adolescents avait des brûlures aux mains, qui les ont empêchés d’écrire et de continuer à aller à l’école.

Il y avait un cas particulièrement mémorable : Sharifa, fillette de 9 ans, qui avait des brûlures graves sur l’arrière de la jambe. Le médecin du navire hôpital, le Dr Rafi Siddiqui et son équipe médicale l’avait trouvé lors d’une visite sur le terrain. La famille de cet enfant vivait dans une extrême pauvreté et croyait qu’il n’y avait aucun espoir pour Sharifa de survivre à ses brûlures. Après que le Dr Rafi ait parlé à sa famille, celle-ci lui a permis d’emmener Sharifa à l’EFH. A l’hôpital flottant, ils ont commencé le traitement de ses brûlures, mais ils avaient aussi à traiter une malnutrition sévère. Grâce aux soins qu’elle a reçus à bord de l’EFH, Sharifa était assez forte pour subir les opérations chirurgicales réalisées par le chirurgien plasticien et son équipe qui étaient arrivés sur le navire hôpital.

Le rôle de la MAF :

Avant leur départ, le 15 Février 2016, nous avons demandé au chirurgien, le Dr Zhong pourquoi elle dépendait de la MAF pour faire son travail. Le Dr Zhong a expliqué :

 » Comme le voyage était assez pénible, je n’aurais pas envisagé d’emmener mon équipe jusqu’à l’EFH sans utiliser les services des avions de la MAF. J’ai entendu parler du long et dangereux voyage par voies terrestres et par bateau, et je n’aurais pas voulu soumettre mon équipe à de telles conditions. En outre, le voyage nous aurait pris beaucoup de temps qui nous aurait manqué pour soigner les patients. Nous sommes ravis d’avoir des partenaires extraordinaires et nous sommes impatients d’amener d’autres équipes médicales pour servir les habitants de cette région « .

Back To Top