skip to Main Content
Question De Vie Ou De Mort
42752 Kompiam Medevac
Question De Vie Ou De Mort

« Une mère avait donné naissance à un enfant qui avait besoin d’une intervention chirurgicale à cause d’une malformation anorectale. C’était une question de vie ou de mort. Mais elle vit dans un village isolé de Papouasie Nouvelle Guinée. Ce jour-là, deux de nos pilotes étaient malades et ce fut une véritable bénédiction que Andy Little, un autre pilote de la MAF,  soit encore à Mt Hagen lorsque l’appel pour une évacuation médicale nous est parvenu.

J’étais occupé à travailler sur un serveur informatique quand David, un ingénieur de la MAF, entra et me demanda si je voulais l’accompagner pour une évacuation médicale. Bien qu’un peu surpris, je me suis levé d’un bond et je lui ai emboîté le pas jusqu’au hangar devant lequel le Cessna Caravan P2-MAG était stationné. Nous avons rapidement retiré quelques sièges de la cabine, tandis qu’Andy effectuait les vérifications techniques avant décollage sur l’avion.

A peine quelques minutes plus tard, je me trouvais assis sur le siège avant du Caravan aux côtés du pilote et nous sommes partis en direction de Kompian. A l’approche de la piste d’atterrissage, la météo était en train de se dégrader et il était alors essentiel pour nous – tout comme pour le petit patient – d’atterrir aussi vite que possible. Après un virage à droite spectaculaire et une descente abrupte l’avion a pu finalement se poser sur la piste en graviers de Kompian.

Les villageois attendaient déjà et dès que Andy a arrêté le moteur, ils se sont dirigés vers l’avion. Quelle a été notre surprise de voir deux femmes qui tenaient chacune un bébé et voulaient toutes deux monter à bord ! En effet, personne au téléphone n’avait mentionné le fait qu’il s’agissait en réalité de jumeaux. Et c’est à cet instant que nous avons découvert que la mère avait donné naissance à des jumeaux qui risquaient la mort s’ils n’étaient pas soignés rapidement.

Heureusement que nous avions assez de carburant et de sièges à bord. Quelques minutes plus tard, nous étions à nouveau dans les airs. Le bébé malade était sous perfusion et il était très important pour nous de les amener à l’hôpital de Mt Hagen aussi vite que possible.

Nous avons finalement pu atterrir avec une bonne visibilité sur la piste de Hagen malgré la pluie battante. L’ambulance à Hagen attendait déjà l’enfant.

Ce jour-là, il est devenu très clair pour moi à quel point le travail de la MAF en Papouasie Nouvelle Guinée est important. Parfois un vol à bord d’un avion de la MAF est une question de vie ou de mort pour les populations des villages isolés qui sont éparpillés dans tout le pays – et je suis très content d’en faire partie. »

Récit de Mandy Glass et photos de Samuel Haab

Back To Top